Archives par étiquette : Infrarouge

Les PocketWizard Plus II

J’utilise très souvent des flashes de reportage déportés pour des portraits en extérieur notamment.
Le fait d’éloigner le flash de l’appareil photo me permet de modeler la lumière à ma convenance en y ajoutant des accessoires de diffusion.
Photographe équipé en matériel Canon, mon choix s’est naturellement dirigé vers le transmetteur infrarouge de la marque : le ST-E2. En effet, contrairement à Nikon, Canon continue d’obliger les photographes à acheter un accessoire spécifique afin de déclencher des flashes sans fil (MAJ : le Canon EOS 7D permet enfin la commande à distance).

Canon ST-E2

Le ST-E2 permet de conserver tous les automatismes, l’E-TTL, la synchro haute vitesse, la correction d’exposition au flash, et bien d’autres fonctions mais il a quelques limites.
Le premier est la portée. Quand on l’utilise face au flash esclave en intérieur , la portée est bonne (environ 10 mètres) et le déclenchement se produit toujours parfaitement.
Par contre, dès que la prise de vue se passe en extérieur, le ST-E2 réagit déjà beaucoup moins bien. Les déclenchements se font en intermittence, surtout quand vous placez des accessoires importants devant le flash comme des boîtes à lumière. La portée chute également.
Autre défaut de cet accessoire, il utilise des piles 2CR5, assez peu communes.

Afin de pallier à ces défauts, j’ai décidé d’acheter des transmetteurs radio à la portée beaucoup plus importante et quasi insensibles aux accessoires posés devant le flash.
Plusieurs marques proposent ce type d’accessoire, les plus connus sont les Cactus V4 testés par le photographe Jérome Desfosses, les AlienBees utilisés par le photographe Antoine Doyen, les RadioPopper et enfin les réputés PocketWizard.
Certaines marques ne permettent le déclenchement des flashes qu’en manuel, d’autres commencent à proposer des automatismes comme RadioPopper ou PocketWizard.
Cette dernière propose des transmetteurs radio de bonne qualité mais assez chers comme les récents FlexTT5.
J’étais particulièrement intéressé par ces nouveaux transmetteurs conçus pour les flashes Canon, communiquant les informations E-TTL II et permettant d’augmenter la vitesse de synchro-flash. Malheureusement, ils ont rapidement révélé des portées insuffisantes dues aux interférence avec les flashes 580 EX. Ce défaut, ajouté à un prix élevé, m’a poussé à acheter finalement des transmetteurs « manuels » : les PocketWizard Plus II.

PocketWizard Plus II

Ils sont annoncés pour une portée de 500 mètres (!?), fonctionnent avec deux piles classiques LR06 AA et peuvent être utilisés sur 4 canaux différents. Les PocketWizard achetés aux Etats-Unis ou en Europe ne sont pas compatibles entre eux car les fréquences radio ne sont tout simplement pas les mêmes.
Après quelques essais, je dois dire être pleinement satisfait de ce système, tout manuel, simple et efficace. Un des transmetteurs se pose sur la griffe-flash du boîtier et l’autre est relié à la prise-synchro du flash cobra. Les flashes Canon 580 EX II sont d’ailleurs équipés d’un computer (cellule indépendante) qui permet de les déclencher en automatique si besoin.

Je recommande l’achat d’un accessoire bien pratique qui permet d’attacher le PocketWizard à un pied photo par exemple : le Caddy distribué par FlashZebra.
Un autre atout de ces transmetteurs radio est leur fonction de télécommande. Ils permettent en effet de déclencher un appareil photo à distance et sont ainsi très appréciés par les photographes de sport.
Seul bémol, la griffe des Pocket est en plastique et peu solide tandis que l’antenne semble assez fragile. Attention à bien les ranger.

Enfin, je garde toujours le câble Canon OC-E3 dans mon sac photo pour pouvoir déporter mon flash même faiblement quand je n’ai pas le temps d’installer mes PocketWizard. Il me permet en plus de conserver tous les automatismes.

câble Canon OC-E3

Le podcast Déclencheur a d’ailleurs présenté récemment les différentes solutions pour déporter un flash de reportage.

Quels accessoires pour améliorer le flash ?

L’excellent podcast Déclencheur présente les moyens d’adoucir la lumière des flashes de reportage dits « cobra ».



Ces flashes, faciles à transporter, offrent une source lumineuse d’appoint qui reste très concentrée, or plus la taille d’une source lumineuse est petite, plus sa lumière est dure.

Des petits accessoires permettent d’adoucir la lumière d’un flash cobra (du simple papier calque au classique omni-bounce sto-fen).
Cependant, comme le souligne Benoît Marchal, la meilleure solution reste d’agrandir la taille de la source lumineuse. Antoine Doyen, photographe spécialisé dans le portrait rencontré lors de la formation de photojournalisme à l’Emi-Cfd, a ainsi fait le choix de travailler avec une tête flash Quantum montée sur une boîte à lumière et le résultat est probant.
Pour ma part, j’ai décidé d’investir dans des boîtes à lumière Lastolite ezybox-hotshoe. Ces boîtes à lumière font 38×38 cm et restent donc un bon compromis pour le déplacement.

Je peux y placer mes flashes de reportage Canon que je commande à l’aide du transmetteur infrarouge Canon ST-E2. Je peux travailler seul en montant l’ensemble sur pied ou demander à un(e) assistant(e) de tenir l’ensemble comme pour ce portrait de Mustapha El Atrassi pour Paris Obs.
Ce système permet une lumière plus travaillée et reste assez simple à transporter.

Mustapha El Atrassi, humoriste français spécialiste du stand-up.