Archives par étiquette : Fumée

Des machines et des hommes

Reportage réalisé en collaboration avec le journaliste Julien Descalles.

La Maritza à ciel ouvert, cœur énergétique de la Bulgarie

Des 115 000 mineurs que comptaient la Bulgarie voici encore 25 ans, seuls 30 000 sont encore en activité aujourd’hui, dont 7 500 sous terre. Conséquence de l’automatisation d’un métier qui n’a guère plus à voir avec les gueules noires de Germinal. Dans la province de Stara Zagora, dans le sud du pays, les mines ouvertes de charbon de la Maritza témoignent de cette mutation. A son apogée, en 1999, 13 500 employés occupaient les 240 km2 des trois sites exploitées par les charbonnages d’état Mini Maritza Iztok ; ils ne sont plus que 7000. De quoi donner au lieu des airs de no man’s land occupé par les excavateurs à roue-pelle, grues, bulldozers, convoyeurs et autres empileurs.
Plus importantes mines à ciel ouvert de la péninsule balkanique, elles restent cependant indispensables à l’économie nationale. Ainsi les quelques 26 000 tonnes de lignite extraites l’an dernier ont non seulement fourni 32% de l’électricité du pays, mais aussi permis d’exporter du courant vers le réseau européen – avec plus de 10 milliards de kilowatts/heure livrés l’année dernière vers la Serbie, la Grèce, la Macédoine ou la Turquie. Concurrencées par l’émergence des énergies renouvelables et les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Kozloduy, les mines ouvertes en 1952 restent cependant le « cœur énergétique de la Bulgarie ».

Chelopech, dans les entrailles de la terre

En 2013, les accidents de travail dans les mines bulgares ont coûté la vie à 14 personnes. Avec cinq travailleurs décédés à la suite d’un effondrement courant juillet, la concession privée d’Oranovo a payé le plus lourd tribut. Elle témoigne surtout du dilemme des mineurs : face au refus du propriétaire d’entreprendre des travaux de sécurisation, le Ministère de l’Economie avait ordonné sa fermeture cet été. Avant d’autoriser la réouverture en janvier, sous la pression d’un personnel privé de gagne-pain…
Il y a dix ans la mine fermée de Chelopech, situé à 70 km à l’Est de Sofia, était aussi un site vétuste, classé dangereux pour la sécurité et la santé. Pourtant, depuis huit ans, aucun accident mortel n’est à déplorer. Après avoir racheté ce site d’extraction d’or et de cuivre en 2003, la compagnie canadienne Dundee Precious Metals (DPM) a investi près de 280 millions d’euros dans sa modernisation. Point d’orgue des travaux : un réseau sans fil a été déployé dans 97% des souterrains. Grâce à la wifi, la salle de contrôles peut suivre le moindre déplacement des mineurs et des véhicules.
Chelopech ne délivre qu’un produit semi-fini. Le minerai est ensuite transporté par train et camions à Burgas, port de la Mer Noire avant de prendre la direction de… la Namibie et de la fonderie de Tsumeb ! Un choix dicté par les ONG environnementales bulgares, qui refusent que l’extraction de l’or et du cuivre ait lieu sur place. Celles-ci s’alarment de l’usage de composés de cyanure pour traiter des minerais déjà riches en arsenic, menaçant la santé des travailleurs et de la population.


Texte : Julien Descalles
Photos : Joseph Melin

Mostar, un pont trop loin

Le Stari-Most, vieux pont de Mostar (Bosnie-Herzégovine).

« En face, je n’y vais jamais, il n’y a que des musulmans. Moi, ma patrie, c’est la Croatie. » En face, c’est Mostar-Est (Bosnie-Herzégovine). Fin février, Silvio Bubalo a pourtant trahi ses principes : pour assister au match du Zrinjski, le club de la communauté croate, ce cadre administratif fondu de football a dû franchir le fleuve Neretva. Et ainsi rallier le stade du Velez, l’équipe des bosniaques. Dans l’enceinte, parqués sur une estrade construite pour l’occasion, 500 Ultras multiplient les provocations : drapeau croate, étentard du Vatican et saluts fascistes sont adressés aux supporters rivaux. Encadrés par la police anti-émeute, ils seront escortés à la fin de la rencontre jusqu’à l’Ouest. Une journée qui rappelle que « Mostar reste la dernière ville multiethnique d’Herzégovine (Sud du pays) justement parce qu’elle est divisée », selon la formule de l’écrivain Veselin Gattalo. « Et le Bulevar, avec ses habitations encore en ruine, est notre zone grise. »

Derby de football entre le FK Velez (communauté bosniaque) et le HSK Zrinjski (communauté croate). Victoire 1-0 pour le FK Velez. Les supporters des deux équipes envoient des fumigènes sur le terrain pour gêner l’équipe adverse.

Ancienne ligne de front de la guerre qui a déchiré la ville entre 1992 et 1994, la principale artère de la cité reste une frontière. Du moins dans la tête de nombreux Mostariens. « De l’autre côté, je me sens dévisagé », explique un lycéen croate, qui confie s’y rendre très rarement. « C’est comme si il y avait deux villes différentes », appuie l’un de ses camarades.

Reconstruit à grands frais par la Banque mondiale, le Vieux Pont n’a pas rapproché les communautés. « Au contraire, le Stari Most est devenu le symbole du quartier Est », se désole Gattalo. Il est loin d’être le seul monument à diviser depuis le retour de la paix. D’un côté, un campanile de trente mètres, accolé au couvent franciscain, domine le centre-ville. Et sur le mont Hum, où étaient positionnées les pièces d’artillerie de l’armée croate ayant pilonné le Vieux Pont, une gigantesque croix toise la vallée. De l’autre, les minarets se sont multipliés. Manière pour chaque communauté d’afficher sa domination sur une partie de la ville.

Croix gammée taguée près d’une maison en ruine sur le Bulevar (boulevard de la Révolution Nationale) à Mostar (Bosnie-Herzégovine). Ancienne ligne de front pendant la guerre, le boulevard est devenu une frontière invisible entre la communauté croate et la communauté bosniaque.

Cette partition est avant tout renforcée par le fonctionnement des institutions. Si la pression de la communauté internationale a abouti à l’instauration d’une seule police et d’une seule mairie, l’unité est souvent de façade. Ainsi, la ville est resté quatorze mois sans maire après les municipales d’octobre 2008, faute d’accord entre les deux communautés. Surtout, nombre d’administrations continuent de mener une double vie. A l’Est, le courrier est acheminé par la poste de Bosnie-Herzégovine tandis qu’à l’Ouest, il transite par le voisin croate. De même, la compagnie des eaux est gérée par deux services parallèles. Rien ne semble favoriser l’unité : « Si jamais je voulais me faire soigner dans l’hôpital de l’Ouest, bien plus moderne, je ne serai pas remboursée, car nous n’avons pas le même carnet de santé avec les croates », déplore Améla*, une bosniaque de 28 ans.
« Ici tu es d’abord bosniaque, croate ou serbe avant d’être Bosnien (1) », explique la jeune femme. Mais elle veut croire que la situation s’améliore. « Quand je suis revenue en ville après la guerre, je devais passer deux check-points pour me recueillir sur la tombe de mon père. Aujourd’hui, rien de plus normal que faire du lèche-vitrine au centre commercial de l’Ouest et ses boutiques de chaussures ! »

Au cœur du quartier croate, moins ravagé par le conflit, le Rondo et ses dizaines de cafés branchés et d’échoppes de vêtements n’ont aucun secret pour nombre de bosniaques. Pour Améla, née dans le Mostar multiethnique de Tito, la ligne de démarcation est ailleurs. « Les « vrais » Mostariens, ceux qui vivaient ici avant le conflit, continuent de vivre dans une seule ville. Qu’ils soient catholiques, orthodoxes ou musulmans. Ceux qui veulent la partition, ce sont les croates, venus du reste de la Bosnie et réfugiés ici après-guerre. Ils considèrent que Mostar-Ouest leur appartient ! » Les yeux rivés vers Zagreb, qui a financé en partie leur installation et leur a donné un passeport, ils rêvent encore d’une grande Croatie. Ou a minima de vivre dans la capitale d’une fédération autonome au sein de la Bosnie.

Alors qu’au niveau national les partis ne parviennent pas à former un gouvernement depuis plus de cinq mois, localement, les responsables politiques ont tout intérêt au statu quo. « Le SDA et le HDZ (NDLR : les partis nationalistes bosniaque et croate) se sont répartis Mostar, explique Veso Vegar, porte-parole d’un parti croate concurrent. Leur but est d’avoir le monopole sur leur territoire. » Et sur l’économie, avant tout. Avec 2000 employés, Aluminij est le principal employeur de la ville. Il est également le premier sponsor du Zrinjski et finance le centre culturel croate et une galerie d’art. « Mais pour y entrer, il faut être encarté au HDZ », affirme M. Vegar. Résultat : 90 % des employés sont croates. Une aubaine dans une ville qui compte 40 % de chômeurs, mais seulement 20 % à l’Ouest. Ce clientélisme explique aussi le maintien au pouvoir depuis une vingtaine d’années du SDA et du HDZ.

Plus de quinze ans après les accords de paix de Dayton, les deux communautés cohabitent plus qu’elles ne se mélangent. Dans chaque camp, les préjugés ont la peau dure. Y compris chez les jeunes générations. D’autant que, de la maternelle aux filières technologiques, la ségrégation règne. Seul le Gymnasium détonne. Cœur du « Bulevar », le lycée général de cette ville de 100 000 habitants est le seul à accueillir 650 adolescents de toutes communautés confondues. “Ici, tous peuvent se rencontrer, se lier d’amitié. Ce premier pas est la voie à suivre pour toute la Bosnie-Herzégovine”, explique fièrement le directeur, Bakir Krpo. Le modèle a pourtant ses limites. Sitôt la cloche retentie, croates et bosniaques regagnent des classes séparées. La faute notamment aux cours d’histoire, les premiers apprenant le programme établi à Zagreb, les seconds celui de Sarajevo. Conséquence : « Seuls les bosniaques considèrent ce pays comme le leur », reconnaît le proviseur. La réconciliation promet d’être longue. Le 14 février dernier, date anniversaire de la libération de Mostar, aucune commémoration n’a eu lieu. Ni d’un côté du “Bulevar”, ni de l’autre.

*Le prénom a été modifié

(1) Distinction est faite entre les Bosniens, tout citoyen de BiH, et la communauté bosniaque.

Texte : Julien Descalles et Damien Dubuc
Photos : Joseph Melin